La discipline pratiquée

L'art martial : Karaté-do

Le Karaté (ou Karaté-do) est connu comme un art martial japonais. Cependant, ses origines sont okinawaïennes (l’ile principale de l’archipel des Ryu-Kyu).


Cette technique de défense a d’abord été improvisée par le peuple d’Okinawa, alors envahi par le royaume du Japon, pour devenir par la suite un art à part entière.

En japonais, l’idéogramme « kara » signifie « vide », et plus précisément la vacuité au sens bouddhique du terme. « Te » correspond à « la technique » et, par extension, la main avec laquelle on la réalise. Littéralement,
on traduit donc le mot karaté par « la main vide ».

Son aspect martial fait du karaté plus un art de vivre qu’un simple sport et tend ainsi vers la maîtrise du corps mais aussi de l’esprit.

Au cours des années, les techniques se sont développées, précisées puis transmises dans le temps comme dans l’espace, grâce au travail et aux recherches de nombreux maîtres. Ces derniers ont donc donné lieu à d’innombrables modifications et variantes créant ainsi l’art martial tel que nous le connaissons aujourd’hui, dans toute sa richesse. Nous pouvons citer quelques uns de ces maîtres tels qu’Itosu, Funakoshi, Yoshitaka, Okuyama ou encore Egami… considérés comme étant à l’origine du karaté dit moderne, sous ses différentes formes.



Le style : Shotokaï

De ces nombreux changements ont émergé différents styles et écoles.

Le Shotokan, fondé par Gishin Funakoshi a longtemps été, et est toujours, une référence pour la méthode de travail et les valeurs morales du karaté. Shō signifie « pin », tō se traduit par « vague » et kan par « maison ». Shoto était le pseudonyme avec lequel Funakoshi signait ses poèmes. Ainsi la signification Shotokan est « la maison de Shoto ».

A la mort de ce dernier, certains de ses élèves et disciples ont continué à pratiquer cet art martial tel qu’on leur avait enseigné. Mais d’autres ont cherché à faire évoluer leur pratique conformément à l’idée qu’il en avait.

C’est sous l’égide de Shigeru Egami qu’a été fondé le Shotokaï (kai voulant dire « collège, école » donc « l’école de Shoto »). Ce style cherche à prolonger les recherches de Funakoshi, et a pour objectif de développer une méthode davantage en rapport avec les traditions martiales japonaises contenues dans le Budo.

Il se caractérise par une recherche de l’efficacité par la décontraction du corps et de l’esprit qui doivent être en harmonie pour atteindre une puissance optimale. Les techniques sont allongées, très fluides et en adéquation avec les mouvements de l’adversaire.

Psychologiquement, le Karaté, et le Shotokaï d’autant plus, conviendra à ceux qui veulent trouver dans les arts martiaux une voie de perfection personnelle et qui sont prêts à perpétuellement remettre en cause leurs acquis
pour aller toujours plus loin dans une recherche technique passionnante. Le travail sur soi est le véritable objectif.

C’est donc un travail, un état d’esprit, un mode de vie, qui nous accompagne en permanence, au quotidien, et pas seulement en karatégi au dojo…